Pourquoi pose t-on aujourd’hui cette question ? Tout simplement parce que cette semaine, chez LabOxy, on a été très surpris de lire une tribune publiée sur Maddyness intitulée « Ne rêvez pas, le CIR ne peut pas être automatisé ! », qui venait elle-même en réponse à un « #maddytips » intitulé « CIR, CII… 5 plateformes qui vous aideront dans vos démarches de financement ».

L’auteur, qui est le fondateur d’un cabinet de conseil en CIR, s’en prend vigoureusement aux solutions digitales qui permettent d’aider les entreprises à mieux gérer, simplifier et sécuriser leur dossier CIR ou les cabinets de conseil à améliorer leur prestations d’accompagnement.

Passons l’analyse superficielle de l’auteur sur les fonctionnalités proposées par ces solutions dédiées au CIR, qui en aucun cas permettent de créer ad hoc un dossier CIR en cliquant sur un simple bouton. L’intelligence artificielle a tout de même ses limites…

Des feuilles de temps formatées pour le CIR, c’est pourtant une bonne idée non ?

L’auteur indique qu’il faut « déterminer avec précision le temps consacré à la R&D par chaque collaborateur ». Ceci est en effet la base de la justification d’un dossier CIR. Pour autant, sommes-nous obligés pour cela de rester « bloqués » avec des outils bureautiques tels que Excel ? Nous n’avons rien contre Excel, mais nous observons une utilisation quasi systématique de cet outil dans le cadre du CIR (feuilles de temps, calculs, etc.).

Pourquoi les entreprises et les cabinets ne pourraient-ils pas avoir un logiciel de feuilles de temps dédié au CIR ?
Un outil taillé pour ventiler les heures par projet, segmenter par type de dépenses éligibles vs non éligibles et d’apporter des preuves qualitatives sur les temps passés ?

Les feuilles de temps sous Excel ne sont clairement pas une solution qui permet de démontrer à l’administration quelle a été la démarche scientifique, et d’apprécier le travail de R&D ou d’innovation réalisé tout au long du projet. En permettant uniquement d’ajouter un nombre d’heures dans une cellule, Excel se trouve être un très bon outil de ventilation, mais pas de justification (c’est aussi le cas de tous les logiciels de suivi des temps que l’on retrouve sur le marché ou dans les ERP).

Excel n’est pas vraiment le partenaire idéal de la transition numérique des entreprises, notamment par ses limites dans la consolidation des feuilles de temps, les erreurs de manipulation possibles, la confidentialité toute relative et dans l’exploitation des données. Ce n’est tout simplement pas un outil métier.

Le numérique pour venir soutenir une expertise indispensable

L’auteur indique qu’il n’est pas possible de calculer un CIR automatiquement. Bien entendu qu’un logiciel ne va pas déterminer l’éligibilité d’une prestation en scannant une facture ou un contrat de recherche ! L’expertise du dispositif est indispensable et non-automatisable. Il faut une connaissance fine du dispositif pour déterminer l’éligibilité des projets, justifier les dépenses éligibles, calculer les charges sociales éligibles…

Mais une fois ce travail fait, il est tout à fait possible de calculer à partir des éléments entrant dans l’assiette le montant du CIR. Ce calcul est réalisé en quasi exclusivité sous Excel par les entreprises et cabinets avant d’être reporté sur la feuille de déclaration 2069A. Pourquoi un logiciel ne pourrait-il pas le faire ?

En plus d’avoir des algorithmes de calcul lisibles, évolutifs et non modifiables (contrairement aux tableurs…), la puissance d’une solution numérique permet de faire ressortir également d’autres informations mettant en lumière des incohérences dans le dossier CIR.

Transition numérique et digitalisation de l’innovation : facteurs clés de productivité

Pour finir, chez LabOxy, nous sommes contre l’idée qu’un dossier CIR doit être uniquement utilisé à justifier son CIR. La transition numérique permet à l’entreprise de gagner en compétitivité, et ceci passe par une exploitation optimale des données qu’elle possède.

Un dossier CIR est une mine d’or en terme d’informations qui offre à l’entreprise un potentiel inouï d’optimisation. Ce sont d’ailleurs des arguments que nous retrouvons chez LabOxy à savoir : sécuriser le CIR, piloter/analyser la performance de la R&D, et plus généralement digitaliser l’innovation.

Oui, la constitution d’un dossier CIR demande une expertise pointue et pluridisciplinaire et en ce sens, les cabinets de conseil ne seront jamais remplacés par des robots. Cependant, une solution numérique permet de gagner du temps et d’apporter une brique supplémentaire dans la sécurisation des dossiers CIR.

Et qu’en pense l’administration ? Elle vient de mettre en place cette année un calculateur de CIR. Preuve d’une prise de conscience du besoin de digitaliser le dispositif ? Assurément. Nous l’avions même anticipé avec notre simulateur de CIR : le CIRmulator, toujours disponible et accessible ici.

Automatiser le CIR ? Non. Le digitaliser ? Bien sûr !

Share This